Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > films > Liste de films scolaires >

Ma vie de Courgette

Ma vie de Courgette

France. Suisse. Animation. Réalisé par Claude Barras. Avec Gaspard Schlatter, Sixtine Murat, Paulin Jaccoud.

Durée : 1h06

Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.

- site officiel du film
- article Télérama
- article La Croix
- article Le Monde
- article Le Point

Toute l'actu Cinéma est sur Commeaucinema.com

Toute l'actu Cinéma est sur Commeaucinema.com

Ma vie de courgette. Claude Barras. 2016

A plus d’un titre, Ma vie de courgette est un immense bonheur de cinéphile. Si, dans un premier temps, on peut se satisfaire qu’un sujet difficile et risqué aborde avec beaucoup de dignité quelques grands thèmes de notre temps (l’identité familiale, l’enfance, la mort), il serait dommage de le réduire à des faits de société. Car dans Ma vie de courgette, Céline Sciamma parfait son art d’une écriture acérée qui sait dissimuler et distiller ses idées les plus progressistes derrière les oripeaux séduisants du conte. En effet, derrière le « film pour enfants », Ma vie de courgette est une œuvre éminemment politique qui bénéficie de l’expérience douloureuse de la réalisatrice de Tomboy. Cette intelligence d’écriture, qui appelle une analyse narrative, profite d’un objet esthétique singulier qui se joue de la frontière entre matière et virtuel et ouvre de nouveaux horizons à l’art cinématographique.

#1 – La narration selon Céline Sciamma. Depuis Naissance des pieuvres, Céline Sciamma fait preuve d’une belle acuité pour nourrir une réflexion très politique sur les mutations de la société française. En abordant des thèmes tels que l’adolescence, la famille ou la sexualité et ses transformations, elle poursuit un travail singulier qui fait souvent débat et dont le film Tomboy a indirectement souffert. Au-delà des logiques partisanes, Ma vie de courgette est une belle proposition narrative dont les mécanismes articulent réflexion sociale et logique du conte. Entremêlées, dissimulées, les idées autant que les formes de Ma vie de courgette se mélangent avec finesse pour créer une œuvre aux multiples lectures qui peut interpeller le jeune public comme le public adulte. Des mécanismes déjà à l’œuvre dans ses précédents films qui singularisent la démarche de Céline Sciamma.

#2 – De la matière au virtuel, du réel au numérique : les multiples facettes esthétiques de Ma vie de courgette. Pour retranscrire au mieux la proximité du récit inspiré du roman original de Gilles Paris, Claude Barras a décidé d’utiliser la technique du stop-motion pour animer ses personnages. Dans Ma vie de courgette, une technique dite « artisanale », basée sur des volumes à valoriser par la lumière, se mélange à des décors virtuels et à des techniques d’incrustation qui font appel à des images réelles (ciel, nuages…). Si les infographistes règnent sur les effets spéciaux, c’est toujours le chef opérateur qui sculpte les espaces selon des techniques héritées du cinéma classique. Ma vie de courgette est une passionnante aventure esthétique, une œuvre suspendue entre deux idées du cinéma, deux vocations qui trouvent, en 66 minutes, de multiples façons de s’entremêler, de se confronter et de s’additionner.

Jour Séances
vendredi 14 juin 2019 9h30 ciné lecture école Beynost

Navigation



Cinéma L'Horloge | 1, Place du Lt Giraud BP 074 - 01800 MEXIMIEUX | 09 62 17 16 24 |