Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Ciné lecture Accueil > Enseignants > Elementaires >

Ciné lecture


Pour 2016-2017 : Les films prévus sur le secteur sont Une vie de chat et Kérity la maison des contes.

L’OCCE de l’Ain propose depuis plus de 10 années l’action « CinéLecture ». Au départ, cette action a été mise en place sur le secteur de Bellegarde. Son succès auprès des enseignants nous a amenés à la proposer en d’autres lieux.

Ainsi chaque année, un nouveau secteur est concerné et progressivement l’action a vu le jour sur les secteurs d’Ambérieu, Meximieux, Jassans, Villars, Oyonnax, Bourg en Bresse, Belley, Val de Saône, Pays de Gex. Un secteur associant des écoles de l’Ain, du Jura et de la Saône-et-Loire est actif autour du cinéma de Saint-Amour.

Chaque année, ce sont près de 100 classes et plus de 2300 élèves qui participent.

« CinéLecture » est une action pédagogique alliant cinéma et littérature enfantine, qui s’adresse aux enfants de cycles 2 et 3.

Objectifs :

- Motiver la lecture
- Découvrir un film de qualité, dans une vraie salle de cinéma
- Sensibiliser les enfants à d’autres cultures, lutter contre les discriminations. - Lire "Un fait divers dans l’Ain"

Principe :

A l’aide d’une sélection de livres, préparer les enfants à la projection d’un film donné.

La préparation par l’OCCE :

Une commission de l’OCCE sélectionne les films. De chaque film, elle extrait un certain nombre de thèmes.

Puis, en collaboration avec des bibliothécaires et libraires spécialisés « Jeunesse », elle recherche des ouvrages abordant les différents thèmes. Les membres de la commission lisent ensuite tous les ouvrages afin d’en sélectionner plus d’une vingtaine, en veillant à proposer différents niveaux de lecture, des genres variés (albums, petits romans, documentaires...).

L’organisation et le déroulement pour la classe :

L’OCCE réunit les enseignants des classes inscrites, sur leur secteur, afin de leur présenter globalement l’action, les livres et le film. C’est aussi l’occasion de leur transmettre les livres.

Chaque classe participante dispose donc d’une valise d’une vingtaine de livres, tous différents les uns des autres, qu’elle gardera pendant environ dix semaines.

Chaque enfant ne pouvant lire tous les ouvrages, des temps d’échanges entre élèves devront être programmés.

Ils sont indispensables pour entretenir la motivation pour la lecture et permettre aux enfants d’aborder le film avec un bagage commun. Ils sont aussi l’occasion d’échanges sur les sujets traités dans les ouvrages : pratiques culturelles différentes de celles que l’on vit, respect de l’autre, discrimination, esclavage, droit d’expression....

Autant de sujets de débat qu’il convient d’aborder dans le cadre d’une éducation à la citoyenneté.

Six semaines après la réunion, vient la projection du film...

Les classes conservent encore les livres pendant environ trois semaines, jusqu’au bilan entre les enseignants et l’OCCE. La restitution des livres se fait à cette occasion.

Conditions de mise en place :

- Pour que l’action puisse voir le jour sur un secteur, nous devons réunir environ 200 enfants (condition négociée avec le partenaire cinéma pour un tarif de place abordable aux classes).

- Les livres sont fournis gracieusement par l’OCCE. Il revient à chaque classe d’assurer la prise en charge des places de cinéma (tarif scolaire entre 2,80 et 3,50 € par élève selon le cinéma) et du transport éventuel.

- Exemple de films diffusés en 2009 :

« L’enfant noir » (Afrique / conditions de vie et coutumes), (film destiné plutôt à des collégiens...) « Le Roi des masques » (Chine/ Droits de l’enfant), « Le cheval venu de la mer » (Grande-Bretagne / Gens du voyage / Exclusion sociale, corruption), « L’enfant-lion » (Afrique / esclavage), « Billy Elliot » (Grande-Bretagne / droits de l’enfant), « Les enfants du ciel » (Iran / conditions de vie, amitié, persévérance), « Les puissants » (Etats-Unis / handicap, tolérance), « Monsieur Batignole » (France / 2ème guerre mondiale). « Le Roi et l’oiseau » (France / film d’animation / dictature, tyrannie) « Edward aux mains d’argent » (Etats-Unis / handicap, tolérance),

Jeux de livres proposés par une des classes participantes

Quelques exemples de jeux à réaliser avec les premières et quatrièmes de couverture des livres à votre disposition.

1ère étape : Analyse de tous les renseignements qu’on peut trouver sur la 1ère et la 4ème pages de couverture d’un livre : auteur, éditeur, illustrateur, résumé, ISBN, âge de lecture...

2ème étape : Confection d’une fiche de renseignement systématique à partir de tous les livres proposés.

3ème étape : Découverte de jeux, sans rapport avec les livres, extraits de livrets de jeux pour enfants (mots mêlés, mots croisés, charades...) ou issus d’un défi-lecture auquel avaient participé les élèves.

4ème étape : Mise en évidence des points communs à tous ces jeux : présence d’une consigne claire, lisibilité du jeu...

5ème étape : Fabrication des jeux avec des solutions ayant un lien avec les renseignements trouvés sur les 1ère et 4ème, au brouillon.

6ème étape : Séance de mise au propre en salle informatique.

A vous de jouer !

- - - Des élèves à la découverte des autres :

L’école élémentaire du Centre, à Pont d’Ain, participe au projet « CinéLecture » organisé par l’OCCE de l’Ain. Les élèves de la classe de CM2 racontent :

Ciné-Lecture, qu’est-ce que c’est ? Comment cela se passe-t-il ?

- On nous prête des livres, dans une malle, qui ont un rapport avec un film. On se les fait passer dans la classe, pendant quatre semaines. On lit les livres et on raconte de quoi ça parle. On regroupe tout et on essaie un peu d’imaginer l’histoire. Après, on va voir le film dans un cinéma.

Qu’est-ce que cela vous apporte ?

- Ceci nous fait apprendre des choses sur les autres pays et sur les personnes qui ne vivent pas dans les mêmes conditions que nous. On découvre d’autres coutumes, d’autres cultures.

- Ça nous apporte du plaisir.

- Avec le film, j’ai appris beaucoup de mots nouveaux.

Avez-vous aimé cette action ?

- On aime beaucoup Ciné-Lecture parce que ça nous permet d’aller au cinéma.

- Ça nous apprend des choses sur la vie qui peuvent nous aider.

- Ça nous fait découvrir d’autres pays. Les films sont instructifs. Et puis, on fait autre chose que de la grammaire, de l’orthographe et des mathématiques.

- Moi, j’aime les films, mais je n’aime pas lire.

Quel film avez-vous vu ? Qu’en pensez-vous ?

- « Le cheval venu de la mer » de Mike Newel. Il est vraiment génial sauf à la fin quand le petit garçon a failli mourir.

- C’est un film émouvant. Il y avait de l’action, de l’amitié et de la tristesse.

- J’ai bien aimé parce que c’est drôle et c’est triste parfois.

- Je pense qu’on voulait surtout nous faire voir les coutumes des gens du voyage, nous faire comprendre qu’ils ne restent jamais très longtemps dans un endroit précis. Il nous instruit sur leurs racines.

- Il y a de belles musiques, de beaux paysages et un beau thème.

Quels livres avez-vous préférés ?

- « Tchavo » et « La flûte tzigane » parce qu’ils parlent des gens du voyage.

- « Crin Blanc » parce que c’est l’histoire d’un cheval, comme dans le film.

- « Le voyage d’Orégon », « La petite fille à la roulotte », « Le voyage d’une Zingarina »...

- Je les trouve tous très bien.
- Je n’en ai préféré aucun parce que je n’aime pas lire.

- - -

Lutter contre le racisme

Fait divers, dans l’AIN

Dans une petite commune de la Bresse, un instituteur a découvert que des élèves de sa classe avaient écrit une chanson contre les enfants du voyage présents dans son école et qu’ils commençaient à la répandre. Lui qui, par tous les moyens : conseil d’enfants, règlement d’école, pédagogie coopérative, essayait régulièrement, dans sa pratique, de faire prendre conscience du racisme quotidien, s’est trouvé désemparé.

Mais il réagit vite. Il réunit les parents des enfants en cause puis décide de mener une nouvelle démarche pédagogique axée sur « Le racisme et les gens du voyage ». Les fautifs ont été invités, en guise de sanction à réaliser un travail de recherche documentaire sur ce thème et à le présenter à leurs camarades.

L’enseignant prend aussi contact avec Mémoire 2000 et organise dans l’école une rencontre avec deux représentants de cette association qui lutte contre le racisme mais intervient surtout en région parisienne. Un avocat et un Tzigane viennent alors expliquer qui sont les gens du voyage, mettre en valeur leur culture et expliciter les problèmes d’intégration qu’ils connaissent.

Cette histoire, qui a fait grand bruit et reçu un écho dans la presse locale et nationale, a finalement, par la réponse exemplaire donnée au problème, servi la cause des gens du voyage.

- - -

Les gens du voyage

Aucun peuple au monde n’a autant de noms qu’eux… C’est lié à leur nomadisme, et ainsi, dans tous les pays où ils se sont installés, les habitants ont nommé ces étranges voyageurs :

Romanichels, Romano, Bohémiens, Boumians, Gitano, Gitan, Gypsy, Manush, Manouche, Sinti, Tsigane, Tzigane, Cygan, Zigeuner, Zingari.

Mais eux, depuis 1971, ont décidé de s’appeler, dans tous les pays, les Roma. C’est leur nom auprès de l’ONU, parce qu’ils ne sont qu’un seul peuple de voyageurs de l’Inde à l’Europe.

Les Roma demandent à être considérés par tous les gouvernements du monde comme une nation, même s’ils n’ont pas de territoire. Les Roma sont à présent répandus sur les cinq continents.

En France, une bonne partie d’entre eux s’est sédentarisée, mais on voit encore des campements itinérants qui s’installent près des villes, sur des parkings, ou sur des aires de stationnement spécialement aménagées.

Parfois aussi, on peut voir des panneaux « Stationnement interdit aux nomades »…

Ils sont encore de nos jours victimes de préjugés racistes (voleurs de poules, voleurs d’enfants…), et ils ne s’intègrent pas bien dans notre société . Ils ont longtemps exercé des petits métiers comme rempailleurs de chaise, ou fabricants de paniers. Ils travaillent aussi parfois comme récupérateurs de ferraille, qu’ils revendent aux entreprises de recyclage. Ils ont été à la base de la plupart des grandes familles du cirque.

Chacun leur reconnaît une capacité exceptionnelle aux chants et à la danse : le flamenco, les danses tziganes sont connus du monde entier.

Quant à eux, ils demandent simplement à continuer de vivre leur vie ici et là-bas selon les saisons et leurs envies, libres comme le vent, car ils disent que leur maison, c’est la terre entière.


Navigation


Forum désactivé



Cinéma L'Horloge | 1, Place du Lt Giraud BP 074 - 01800 MEXIMIEUX | 09 62 17 16 24 |